La BD « Seuls »

Mon fils de 12 n’aimant pas lire, je suis toujours Ă  la recherche de livres ou BD qui pourraient l’intĂ©resser, et ce qui n’est pas chose aisĂ©e


Ayant vu de la publicitĂ© dans son Okapi, c’est lui-mĂȘme qui m’a demandĂ© de l’acheter.

AprĂšs quelques hĂ©sitations Ă  cause de la premiĂšre de couverture, assez violente, j’ai cĂ©dĂ©, faisant confiance au jugement d’Okapi.

Je ne le regrette pas car il a dévoré les 11 premiers tomes et attend avec impatience le 12e.

Depuis que cette BD a dĂ©barquĂ© dans les cours de rĂ©crĂ©, en janvier 2006, la saga qui met en scĂšne des enfants livrĂ©s Ă  eux-mĂȘmes dans un monde sans adultes, n’en finit pas de faire parler d’elle. Elle s’est imposĂ©e, au fil des ans, comme un des plus grands succĂšs de la BD jeunesse avec dĂ©jĂ  plus de 2 millions d’exemplaires vendus et une adaptation au cinĂ©ma.

À travers la sĂ©rie « Seuls », Ă©crite par Fabien Vehlmann (scĂ©nariste de la sĂ©rie Spirou et Fantasio depuis 2010) et illustrĂ©e par Bruno Gazzotti (dessinateur de la sĂ©rie Soda de 1991 Ă  2005), on suit les aventures de  5 gamins : Dodji, Yvan, LeĂŻla, Camille et Terry.

L’histoire de « Seuls »…

AprĂšs un Ă©vĂ©nement non identifiĂ©, tous les adultes – et la quasi-totalitĂ© des enfants ont disparu. Absolument seuls dans ce qui devient rapidement une jungle d’asphalte et de bĂ©ton, sans plus aucune tutelle parentale, cinq enfants – bientĂŽt rejoints par d’autres, survivants, se trouvent livrĂ©s Ă  leur seule ingĂ©niositĂ© pour survivre. Cependant une question, angoissante, obsĂ©dante, subsiste : mais qu’a-t-il donc bien pu arriver au restant de la population ? Que s’est-il passĂ© cette fameuse nuit?

Les enfants s’organisent et dĂ©couvrent peu Ă  peu certaines Ă©trangetĂ©s, distillĂ©es au compte-goutte au cours de l’intrigue. Cette derniĂšre, sous des airs de « Sa majestĂ© des mouches Â» et de « Lost Â» est Ă  la fois bon enfant, mais aussi parfois trĂšs violente, avec des montĂ©es de tension et du sang qui coule.

La BD « Seuls » propose ainsi Ă  un public plus jeune — mais pas trop ! — des personnages attachants de leur Ăąge entraĂźnĂ©s dans des rĂ©cits de survie et des aventures post-apocalyptiques, entre insouciance et angoisse.

Il est Ă  noter que cette sĂ©rie a d’abord Ă©tĂ© crĂ©Ă©e pour le magazine Spirou et a remportĂ© le prestigieux Prix Jeunesse 9-12 au Festival d’AngoulĂȘme, 2 ans en 2007 ainsi qu’en 2010 !

Entretien entre le magasine Zoo et les auteurs en 2017

Fabien Vehlmann, et Bruno Gazzotti racontent au cours d’une interview leurs inspirations, leurs rĂ©fĂ©rences, et le commencement


Fabien Vehlmann : On avait l’intuition avec Bruno qu’il n’y avait pas assez de BD jeunesse autour de sujets graves. Un des gros problĂšmes de la littĂ©rature jeunesse est de vouloir protĂ©ger les enfants en ne les abordant pas. Moi, je pense que si on n’a pas Ă©tĂ© prĂ©parĂ© Ă  la rĂ©alitĂ© du monde, justement, on se la prend en pleine gueule. La littĂ©rature agit comme un vaccin ! On a insistĂ© auprĂšs de Dupuis pour cibler les 10-14 ans. Et ça a marchĂ©.
Parce qu’aprĂšs tout, Seuls est un fantasme Ă  deux tranchants : on veut tous ĂȘtre autonome, enfants comme adultes. Mais quand il faut assumer des responsabilitĂ©s, une partie de nous aimerait revenir Ă  l’enfance, quand les parents nous prenaient en charge. Les enfants de Seuls, personne ne viendra les sauver…
La violence est trĂšs prĂ©sente, vous ĂȘtes-vous demandĂ© parfois si vous alliez trop loin ?
Bruno Gazzotti : Non. On oublie trop rapidement la cruautĂ© qu’il peut y avoir dans une cour de rĂ©crĂ©. Souvent, les adultes mettent leurs souvenirs dans un tiroir, qu’ils Ă©vitent d’ouvrir. Avec Fabien, on se sert de ces tiroirs pour raconter des histoires. Effectivement le monde de ces enfants est particuliĂšrement sordide. Il faut juste trouver le bon angle d’attaque, pour ne pas choquer inutilement. Je n’hĂ©site pas Ă  montrer la violence, mais pas frontalement. On peut parler de tout aux enfants…
Fabien Vehlmann : Et il n’y a pas que les cours de rĂ©crĂ©. Certains enfants connaissent une violence dans leur famille. On parle d’alcoolisme, de violences domestiques… Et on pourrait parler de choses encore pires… Ça existe et ces gamins-lĂ  ont aussi besoin de lire des BD sur ces sujets, pour qu’ils puissent se dire qu’ils ne sont pas seuls.

Autres livres qui ont fait un carton Ă  la maison

Laisser un commentaire

3 Commentaires
  • Clr93
    avril 19, 2020

    Merci pour cet article ; n’Ă©tant pas moi mĂȘme trĂšs portĂ©e sur les bd, j’essaie pourtant de renouveller un peu les lectures de mes enfants, et c’est difficile de trouver qq chose qui leur plaise, en dehors des histoires de collĂ©giens un peu potaches… Donc on va tenter Seuls!

  • fabp95
    avril 16, 2020

    TrÚs bel article qui donne envie de découvrir cette BD.

  • Mamily
    avril 15, 2020

    Super đŸ‘đŸ»